«Quel est l’avenir de tous ces enfants?
Réussira-t-on à leur donner du travail?
A-t-on pensé aux emplois nouveaux?
D’ici à l’an deux mille, ces enfants
Que vont-ils devenir?»

Ainsi s’interrogeait l’artiste musicien Pamélo Mounka, dans son œuvre intitulée «Je me demande».

En cette 16e édition de Mantsina sur scène, qui a pour thème «Le dynamisme d’une jeunesse», ces interrogations de l’artiste congolais sont plus que d’actualité. Quel est l’avenir de tous ces jeunes en manque d’emploi et de la Culture? Mantsina sur scène, dès sa première édition, s’est senti investi d’une mission: La réinsertion et la formation des jeunes dans le domaine des métiers des arts, en invitant des formateurs, venus de différents pays assurer les formations de jeu d’acteur, d’écriture, de mise en scène, de scénographie, de réalisation.

Pour cette 16e édition, nous avons comme formateurs:

  • Fabrice Gorgerat, venu de la Suisse, pour la formation de mise en scène
  • Thierry Beucher, de France, pour la formation jeu d’acteur et écriture
  • Valérie Manteau et Julie Peghini pour l’atelier réalisation et journalisme
  • Christian Giriat, venu d’Avignon, qui a supervisé la Résidence d’écriture tenue en octobre dernier à Gare aux pieds nus, en partenariat avec La Chartreuse Villeneuve Les Avignon.

Chers artistes, comédiens, acteurs, metteurs en scène, régisseurs, scénographes, danseurs, percussionnistes, peintres, où que vous soyez, entêtez-vous dans votre art. Ne nous laissons pas intimider par l’interdiction formelle d’exercer notre art qui nous a été infligée en cette année 2019. Partout, dans nos quartiers, formons les jeunes dans les métiers de l’art. Ainsi, nous viendrons à bout des violences dans le milieu de la jeunesse. Un jeune hanté par la création artistique n’a que faire d’une machette, sinon que de tailler un bout de bois pour en faire une œuvre artistique. Comme je le dis souvent, je le redis encore, «il faut inonder le Congo de Culture». Nous, artistes, nous avons le devoir de créer dans chaque quartier de notre ville, des espaces culturels. Ne nous attendons plus aux subventions de la part des pouvoirs publics. Ils n’ont jamais de budget pour la culture. Travaillons avec les moyens de bord. Faisons de sorte que dans chaque famille artistique, l’art se perpétue de génération en génération. Comme un palmier en fin de cycle qui régénère.

Le festival Mantsina sur scène n’est pas un parti politique. Nous sommes une armée culturelle. Armée culturelle, parce que nous recevons un renfort en énergie de tous les artistes de par le monde. Nous livrons sans cesse une bataille contre les vents de tous bords qui tentent de couler ce vaste chantier culturel qu’est Mantsina sur scène. Le festival Mantsina sur scène n’est pas la propriété privée d’un individu. C’est un patrimoine culturel mondial.

Hormis les formations sus mentionnées, en cette 16e édition, nous aurons des spectacles, des rencontres, des projections et expositions.

Comme pays invité: le Benin, la France, la RDC, la Suisse et le Congo pays organisateur.

Nous remercions nos invités qui sont déjà à Brazzaville: Fabrice Gorgerat comédien metteur en scène (Suisse), Thierry Beucher, Christiane Boua, responsable des relations publiques et actions culturelles au festival des Francophonies de l’écriture à la scène (France), Nicolas Martin Granel membre du club «les amis de Sony», Alice Desquilbet, Sonia Le Moigne Euzenot membre du jury du Grand Prix Littéraire d’Afrique noire.

Nous remercions les compagnies étrangères déjà présentes à Brazzaville: la Cie Ku NKondé représentée par Djeff Biyéri, la Cie Mata-Malam représentée par Valentine Cohen, la Cie la Maison Brulée représentée par Catherine Gil Alcala.

Nous remercions nos partenaires:

  • L’Institut français Paris
  • L’Institut français du Congo/ Brazzaville
  • L’Institut français du Congo/ Pointe -Noire
  • L’Organisation International de la Francophonie (OIF)
  • La Chartreuse (Villeneuve Les Avignon)
  • Radio France international
  • Les Bruits de la Rue
  • Les Ateliers Sahm
  • Les Courageux
  • Tabawa
  • Les dépêches de Brazzaville
  • Vox TV
  • DRTV
  • Radio Mucodec
  • La Marie de Brazzaville
  • Le Ministère de la Culture et des Arts
  • Le Ministère des Eaux et Forêt
  • Les Récréâtrales
  • Gare aux pieds nus
  • CDC Baning’art
  • La p’tite faim
  • Matos Binsangou
  • L’Espace Tiné
  • La famille Bouesso
  • Le chef du quartier M. Jean-Jacques Matondo

Je remercie tous les invités, tous les artistes, tous les étudiants de l’Université Marien Ngouabi et enfin un grand merci aux habitants du quartier Matour.

Mantsina sur scène,

Que l’Art nous parle!

Sylvie DYCLO-POMOS