L’affiche du festival Mantsina 2018

L’affiche du festival Mantsina 2018
Publicités

#Mantsina2017: « Le théâtre partout et pour tous »

La quatorzième édition du festival Mantsina-sur-scène succède à une édition très fructueuse, qui a expérimenté la pratique des spectacles dans les cours chez l’habitant. L’édition #14 de Mantsina va poursuivre la même veine et même au-delà de ce qui s’est fait à l’édition précédente. Elle mettra le public au centre de la fête théâtrale en allant le plus loin possible à sa rencontre dans les quartiers les plus reculés de Brazzaville. Un festival existe parce qu’il y a un public et sa mission est aussi de faire que le public des différents quartiers voit tous les spectacles. Le théâtre partout ! Le théâtre pour tous ! Que l’Art nous parle ! Telles sont les obligations du festival Mantsina-sur-scène. Les artistes seront déployés partout pour livrer des spectacles.

La programmation

Parmi les missions que se donne le festival Mantsina-sur-scène figure en premier celle de promouvoir l’art théâtral dans tous ses aspects. Mais au-delà de cette tâche, Mantsina-sur-scène est aussi le lieu de rencontre d’autres arts comme la danse, la musique, le cinéma, l’art plastique.

Les spectacles

  • Le jour où Siméon sortira (création, Congo), de Patrice Yengo par la Compagnie Plateaux Kimpa Théâtre, mise en scène de Felhyt Kimbirima.
  • La Complainte d’Ewadi (Congo, Pointe-Noire) de Liazere, mise en scène par Barnabé BETI – LOEMBA avec la Compagnie Issima.
  • Otages (création, Congo) du Togolais Cosme Orou Logouma, mise en scène d’Hervé Massamba avec la compagnie Zacharie Théâtre.
  • Le Verso-recto (création, Congo) de Sylvie Dyclo-Pomos, mise en scène de Théophane Moundaya par la compagnie Beauprès théâtre.
  • Passe pas l’homme (création, Congo) de Keoua Leturmy par la compagnie Wari Munvuka.
  • L’Aveu, de Sylvie Dyclo-Pomos, mise en scène de Gilféry Ngamboulou avec la Compagnie Sans voix.
  • Qu’est devenu Ignumba le chasseur (création, Congo) de Sylvain Mbemba, mise en scène par Alphonse Mafoua avec la Compagnie Négropolicongo.
  • Vous mourrez dans 10 jours (création, Congo) d’Henri Djombo, adaptation et mise en scène de Clauvice Ngoubili avec la Compagnie Savorgnan Arts et Culture.
  • Transes infernales (RDC) de Nono Bakwa, mise en scène de Maguy Kalomba par la Compagnie Mapend’O Culture asbl.
  • Le Leurre (Benin) d’après les textes d’Ousmane Aledji, mise en scène par Arsène Kocou Yemadje avec Le théâtre Igbala.
  • La diseuse quelqu’un (France) de Maylis Bouffartigue par la Cie Monsieur Madame.
  • Itinérance Itinéraire (création, France) d’Ella Benoît par la Cie de Toulouse.

Lectures : Les phrases d’auteurs

 « Quand nous lisons, nous choisissons la substance de notre âme »Georges Duhamel

Nombreux sont des dramaturges qui une fois l’écriture d’une pièce terminée, ne se précipitent pas à la publier mais multiplient plutôt des lectures du texte brut,  des mises en espace, et un travail sur le plateau pour une création. Les lectures sont d’une importance capitale à Mantsina-sur-scène qui a vu naître durant treize années déjà une nouvelle pépinière de jeunes auteurs. Mantsina-sur-scène fait honneur à ces jeunes auteurs à chaque édition en programmant leurs textes. Pour cette édition, des textes des jeunes auteurs comme Arthur Konanga, Thalès Zokéné vont côtoyer des textes des grands auteurs.

Ateliers

La question des ateliers est fondamentale à Mantsina-sur-scène. A chaque édition, il est proposé au public des ateliers de formation. Pour l’édition #14, les ateliers seront une suite, un prolongement du travail amorcé à l’édition précédente, notamment pour les ateliers Jeu d’acteur. A cela s’ajoute l’atelier « Congo-océan » qui sera animé par Maylis Bouffartigue de la compagnie Monsieur Madame de Toulouse. Mantsina, depuis l’édition précédente, travaille avec une équipe de participants aux différents ateliers, une équipe très active, qui mérite un suivi minutieux et qui au bout de quatre ou cinq éditions successives, va s’affiner, s’affirmer et mieux outillée dans ces différents domaines. Pour ce faire,  la période des ateliers de la quatorzième édition sera décalée de la période des représentations. Les ateliers se feront en amont du festival, deux semaines avant la période festive des représentations. Cela permettra aux participants des différents ateliers de suivre  les spectacles et les lectures, mieux encore de prendre une part active aux espaces carrefour qui sont une grande école pour les jeunes acteurs et créateurs.

Conférences : le devoir de mémoire

La quatorzième édition de Mantsina-sur-scène va enfin amorcer un travail de mémoire qui aurait dû se faire depuis Mantsina 2015 : Une conférence sur le CONGO-OCEAN, une ligne ferroviaire longue de 510 km environ, située dans la République du Congo qui relie le port de Pointe-Noire sur l’océan Atlantique à Brazzaville sur le fleuve Congo. La ligne fut construite sous l’administration coloniale française entre 1921 et 1934.  Cette conférence sera animée par deux universitaires français : Olivier Le Cour Grandmaison qui est politologue, spécialiste des questions de citoyenneté et des questions qui ont trait à l’histoire coloniale, il est maître de conférences en science politique à l’université d’Evry-Val d’Essonne, il enseigne au Collège international de philosophie. Et Louis-Georges Tin qui est agrégé et docteur ès lettres, maître de conférences à l’université d’Orléans.

L’espace carrefour

Un espace indispensable pour le festival !  Un lieu où le public les comédiens, les metteurs en scène, les scénographes, disons les passionnés de l’Art, débattent de leurs travaux. L’une des particularités du festival Mantsina-sur-scène est que chaque matin à l’espace Mantsina,  siège du festival, se tiennent des rencontres autour des spectacles de la veille.  Cet espace est également une occasion pour les metteurs en scène de présenter leurs spectacles aux  programmateurs présents à Mantsina et par delà, intéresser ceux-ci à programmer ces spectacles dans les festivals et les théâtres qu’ils dirigent.

Soutenez #Mantsina2016 : la cagnotte Leetchi

Les subventions habituelles allouées au Festival s’étant évanouies cette année, alors que la programmation et les lieux de création sont déjà déterminés, les amis de « MANTSINA » lancent un appel urgent à soutien pour permettre à l’édition de cette année de se tenir et prendre en charge les frais minimum.

  • Billets d’avion des compagnies théâtrales invitées
  • Hébergement et défraiements

DONNEZ SUR LEETCHI

Le festival Mantsina sur Scène a été créé, et en grande partie financé, en 2003 par un collectif d’auteurs, metteurs en scène et comédiens congolais (Arthur Vé Batouméni, Sylvie Dyclo-Pomos, Felhyt Kimbirima, Abdon Fortuné Koumbha, Ludovic Louppé et Dieudonné Niangouna). Jusqu’en 2015, il s’est tenu pendant 3 semaines, au mois de décembre dans des lieux de spectacles autorisés par les autorités du pays et l’institut français du Congo. Cela n’a jamais été facile mais cette année la situation politique régionale est particulièrement tendue. Il est d’autant plus important que Mantsina 2016 se produise envers et contre tout.

Cette année, les subventions étant fortement réduites et la mise à disposition de lieux de spectacles de plus en plus problématique, le festival a choisi de poursuivre l’heureuse expérience de l’année 2015 : monter et présenter les spectacles dans « les cours » au plus près des habitants des quartiers populaires de Brazza et des alentours. Inscrire le théâtre dans leur quotidien.

Le public se compose alors des habitants de la cour, du voisinage et des artistes des compagnies théâtrales invitées. L’accès est gratuit.

Les habitants participent de fait à la construction de la scène, vivent le quotidien de la création, échangent avec les artistes et les techniciens. Le public est présent, enthousiaste et de plus en plus nombreux (40 à 150 personnes suivant la jauge de la cour)

« Mantsina » en langue Kongo signifie « une bonne odeur, un bon parfum ». Par déduction,  « Mantsina sur scène » est la bonne odeur qui inonde la scène. C’est en suivant ce parfum que les spectateurs ont l’opportunité de découvrir un art peu soutenu dans le pays.

« Mantsina » est également un rendez-vous culturel international qui favorise les échanges entre artistes et techniciens de Théâtre congolais et étrangers, en organisant tous les matins l’Espace carrefour où les spectacles présentés la veille sont débattus en public.

Des Ateliers pris en charge par des professionnels, (études des textes, jeu d’acteur, vidéo, scénographie etc.) sont accessibles gratuitement sur inscription.

« Mantsina » programme des œuvres d’auteurs essentiellement contemporains, Il propose aussi des lectures d’auteurs vivants. Pour cette 13e édition, les compagnies théâtrales sélectionnées viennent du Bénin, du Burkina Faso, du Cameroun, de France, de RDC, de Suisse.

Comité d’organisation
Sylvie Dyclo-Pomos, directrice artistique (dyclopomos@gmail.com), Noëlle Tsiéssié Kibounou, administratrice (noelledebase@yahoo.fr),  Claude Bagoë-Diane Chargée  à la communication (Antenne Europe), bagoeclaude@gmail.com)Cléo Konongo, directeur technique, Nadège Samba,  accueil, hébergement et billeterie, Serge Mayama (I Ja Man), chargé de la logistique….

#Mantsina2016, l’édito de Sylvie Dyclo-Pomos

Sylvie Dyclo-Pomos, directrice artistique du festival Mantsina sur scène

La création est au cœur de l’initiative artistique. L’artiste crée, invente innove et par cette action, l’artiste s’engage «à», signe un pacte avec une quelconque vision pour exprimer son émoi, son ras le bol, sa compassion, sa joie, il rend public sa biographie, approuve ou réfute une opinion et ré-enchante le quotidien par son acte de création. De ce fait, l’artiste doit assumer pleinement son acte de création qui traduit son engagement non seulement dans sa vie mais aussi dans la vie des milliers de spectateurs du monde qui approuvent ou réprouvent sa vision. L’engagement est un acte de courage qui impose une certaine détermination. Toutes fois qu’un artiste crée, il doit se dire «j’ai assez de ventouse pour bien coller ma vision en ce monde et la défendre contre vents et marées». Ne jamais se dérober de son engagement de création. Défendre jusqu’au bout son acte artistique. L’Art est engagement. TOUT part de l’engagement. L’engagement VRAI. Si l’engagement est tinté d’hypocrisie, la création chancelle et meurt. Se poser des interrogations: pourquoi je m’engage à? Suis-je assez fort pour m’engager à?

Lorsque l’artiste répond sans fioritures par l’affirmative, aucune corruption, aucun recul ne lui traverse l’esprit. Il fonce, il avance et aucune rouille n’entache sa création. Il ne se dérobe pas et se pointe à la barre, il trouve les mots justes pour défendre et étayer l’argumentaire qui constitue le fondement de sa création.

L’engagement est le fer de lance de la création, une insurrection dans l’art. L’artiste en créant dévoile, nomme  sa vision, l’imagine, la propose au monde et par cette imagination, il naît, renaît!

L’artiste crée, s’engage à la création. Qu’est ce qui précède? La création ou l’engagement? Est-ce le désir de créer? Ou l’engagement, le désir de s’engager à créer?

La création est avant tout un engagement. Un engagement n’aboutit pas forcément à une création. L’artiste peut s’engager à, mais cet engagement peut ou ne pas se matérialiser par une création. Par contre une création, palpable est la conséquence, le résultat d’un engagement.

L’engagement c’est la détermination, la volonté d’aller au bout de sa pensée, de ses désirs pour aboutir à une concrétisation.

Cet engagement, nous voulons l’inscrire tout au long de la treizième édition de Mantsina sur scène par des créations. Nous voulons être plus déterminés que jamais à poursuivre ce vaste chantier de la création théâtrale, de la création artistique, de la création. Le festival Mantsina sur scène, ce grand laboratoire des créations débuté en 2003, poursuit son entêtement dans l’Art. La treizième édition qui se déroulera du 10 au 20 décembre 2016, se donne  comme thème: «l’engagement au cœur de la création».

Il faut une bonne dose d’engagement et de persévérance pour élever les générations qui assureront  la relève et qui prendront à bras le corps ce vaste chantier qu’est Mantsina sur scène.

Que l’Art nous parle!

#Mantsina2016, demandez le programme!

Sylvie Dyclo-Pomos, programmatrice du festival

Sylvie Dyclo-Pomos, programmatrice de cette 13e édition du festival Mantsina sur scène, vous invite à découvrir les 20 spectacles phares que vous pourrez voir cette année… Rendez-vous du 10 au 20 décembre à Brazzaville!

>>> PROGRAMME <<<

Les dates, horaires et lieux seront communiqués sous peu… restez connectés!