« On les encercle! » Un clip de Mantsina 2013-2014, par Julie Peghini

Publicités

La Quarantaine des Récréâtrales à Ouagadougou

Une pensée pour les boxeurs des Recreatrales Elan qui viennent d’ouvrir au Burkina le ring des répétitions, recherches, ateliers pour le prochain festival qui aura lieu à Ouagadougou cette année du 29 octobre au 6 novembre 2016… « Sortir de l’ombre », c’est le thème prometteur d’une lumineuse Quarantaine avec Étienne Minoungou (présent au dernier festival Mantsina avec Sony, l’avertisseur entêté et Cahier d’un retour au pays natal), Aristide Tarnagda (présent à Mantsina en 2014 avec Musika)…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos Carlotta Umbera

La chouette petite bibliothèque de Sony Labou Tansi

Pour les 20 ans de la mort de Sony Labou Tansi, le festival Mantsina se rebaptise Sony sur scène! L’occasion de découvrir, ou de redécouvrir son oeuvre, sur scène et en livres…

Comment se procurer ces livres?
Cherchez quel libraire en France a le titre que vous voulez en stock ou téléchargez le en epub grâce à Place des libraires.
Introuvable? Contactez l’éditeur (Revue noire / Lansman / Solitaires intempestifs / CNRS / Théâtrales)
D’occasion? Essayez Amazon…

Hommages à Eric Mampouya

Les artistes de Mantsina sur scène rendent hommage à Eric Mampouya, disparu le 1er septembre 2015.

Ulrich N’toyo
Depuis hier, le noir de la scène du théâtre Congolais s’est renforcé:
Le comédien, metteur en scène Erick MAMPOUYA
Alias Ya Erick est mort.
Si le Colonel est parti, la secrétaire est restée.
L’autre parenthèse de sang s’est refermée,
Le roi de la danse MALUMBA MANGEMBO… ne dansera plus.
Il ne me regardera plus dans les yeux, me disant : Petit soumba Bière.
Non, le «menga» ne sera plus «tsamouné».
Il n’y aura pas de Deuil National.
Pas de drapeau en berne.
Le pays ne sera pas au courant.
Ce n’est qu’un homme de théâtre qui est mort.
Le petit nombre de comédiens qui porte si fièrement les couleurs de cette nation s’est encore réduit.

Messieurs les politiques, c’est un ambassadeur qui est mort.

Vous le connaissez n’est ce pas?
Vous lui avez confié il y a si peu une mise en scène, pour un spectacle de théâtre politico-artistique présenté au Palais du parlement là…
Mais si, sur scène il y avait même Sorel Boulingui, Fortuné Batéza et je ne sais plus…
Mais si…
Non!
Au moins, il ne verra plus vos mascarades politiques avec des idées de mettre toujours le peuple dans la méconnaissance de ses droits.
Il ne croisera plus ses petites filles de 10 ans à 1h du matin dans les rues de Brazzaville qui lui déclareront :
Tonton «Tuyiba Kweto» juste donne nous à manger.
Il ne verra plus la peur que vous semez pour nous dresser, les uns contre les autres.
Non, il n’aura plus peur de vous, il ne rincera plus ses mots pour vous parler.
Il ne verra plus les avions cloués au sol, incapables de prendre leur envol par manque de carburant. Pendant ce temps, le pétrole est chargé dans des caténaires pour nos ancêtres les gaulois.
Il ne verra plus toutes ces sociétés intermédiaires qui se sont installées à Pointe-Noire entre terre et mer par les Nguessos pour appauvrir la population.
Tout le pays est Ngessoisé et chinoisé!
Manger, Nguésso,
Bosser Nguésso,
Baiser Nguésso.
Et nous que nous reste-t-il?
Des miettes.
Il n’a plus besoin des miettes qui échappent de l’assiette du bourreau.
Il ne sera pas témoin de la déchéance de ce Congo qu’il a porté dans ses mises en scène.
Changement de constitution de mes couilles! Pas témoin!
Il n’écoutera plus ce semblant d’opposition, vous n’êtes pas crédibles dans vos discours, aucune passion, aucun rêve, aucun rendez-vous pour un congolais bien dans ses baskets.
Erick Mampouya lui vous aurait bien dirigé, vous aurait travaillé une belle mise en bouche, l’expression faciale pour être maitre des mots morts que vous nous balancez maladroitement.
Il vous aurait fait comprendre l’importance de chaque mot que vous vomissez.
Il vous aurait dit que rien n’est fait au hasard dans le théâtre de la vie.
Oh ça vous savez le faire… Rien n’est le fruit du hasard,
Oui tout acte que vous posez est calculé, travaillé, réfléchi pour que la population vive dans la peur, dans la misère. Pour ça vous êtes doué.
Chaque mot doit trouver un sens dans votre caboche avant de le livrer à la colère du peuple.
Oui Mesdames et Messieurs, Ya Erick avait la capacité de vous travailler.
Chers amis,
Il revient à nous de pleurer notre mort.
Il nous revient le devoir de sonner les trompettes de nos idées, de nos pensées, de nos plumes pour rendre hommage à Ya Erick.
Que ceux qui le connaissaient, ceux qui avaient entendu parler de lui, même vous qui ne le connaissiez pas.
A vous aussi, Hommes de théâtre, ou simplement à vous Hommes sensibles à l’art:
Écrivezdes mots, des phrases, des pensées pour dire à la terre que le théâtre congolais est en deuil.
Pour dire à la terre que cet homme qui vient vers toi mère, a été un Comédien, un Metteur en scène.
Mes mots sont amers, avec un dégout de ne partager nos rêves qu’entre nous.
Pas de «j’aime» sur cette publication: une réaction.

Dieudonné Niangouna
POUR ÊTRE UN HOMME IL DÉCIDA D’ÊTRE UN ACTEUR
Et il était un grand acteur.
ERIC MAMPOUYA EST MORT.
Une bête de scène.
Un acteur qui pétait le feu.
Le géant de la scène Congolaise.
Yâ Eric alias Pétar!
Il fit:
Lèse Majesté
Dans la solitude des champs de coton
La nuit juste avant les forêts
Jeff à l’âne
Ignoumba le chasseur
Chacka, l’indomptable
Qu’ils le disent, qu’elles le beuglent
Antoine m’a vendu son destin
Mélédouman
Le mot de la fin

Eric Mapouya n’est plus de ce monde
Maintenant il veille sur scène.
Bravos yâ Eric!
Bravos pour tout ce que tu nous adonné!
Bravos!
Bravos!
Bravos!
Voici ton standing ovation!
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
AMEN!

Ya Eric Mampouya
Eric Mampouya

Criss Niangouna
Regardez bien le visage de cet homme. Toute sa vie, il a fait du théâtre. Le théâtre c’était sa passion, sa raison de vivre… Il a été chasseur avec Sylvain Mbemba, colonel chez Dongala, et même général chez Dieudonné Niangouna. Un vrai sac à dos, comme on dit dans l’armée chez nous. Mais lui était un militaire du partage, du rassemblement des hommes, de l’amour, car le théâtre ce n’est que tout ça.
Ya Mpouya, comme je l’appelais pour lui donner de l’épaisseur, et l’épaisseur c’est pas ce qui lui manquait. Ya Mpouya, avec qui je vais faire maintenant en bus, le trajet: Douala- Bangui? Boire de la bière et mangé de la viande le long du voyage? Et les plats de charcuterie que je te préparais lors de tes passages chez moi à paris, qui va les manger?
Avec toi ce n’était pas une rencontre. Tu m’attendais. Quand je suis arrivé au théâtre, t’étais là. Et je me souviendrai toute ma vie de ta consigne avant le spectacle le Le premier, mis en scène par Felhyt, tu nous as dit «Amusez-vous, et respecter le métier». Merci pour tout grand frère. Merci pour ton partage, ton expérience….
Salve d’applaudissent pour l’artiste, salve d’applaudissement pour le général…Bravo!
Repose toi maintenant. Le vrai repos du guerrier. Tu le mérites.

Mantsina!

Festival International de Théâtre de Brazzaville en République du Congo.

Cette page est créée pour vous faire découvrir  les préparatifs et les coulisses du festival.

Notre volonté est de faire exister Mantsina sur toute l’année.

Il y aura une boite à idées où vous pourrez loger vos rêves pour le meilleur de Mantsina.