#Mantsina2017: « Le théâtre partout et pour tous »

La quatorzième édition du festival Mantsina-sur-scène succède à une édition très fructueuse, qui a expérimenté la pratique des spectacles dans les cours chez l’habitant. L’édition #14 de Mantsina va poursuivre la même veine et même au-delà de ce qui s’est fait à l’édition précédente. Elle mettra le public au centre de la fête théâtrale en allant le plus loin possible à sa rencontre dans les quartiers les plus reculés de Brazzaville. Un festival existe parce qu’il y a un public et sa mission est aussi de faire que le public des différents quartiers voit tous les spectacles. Le théâtre partout ! Le théâtre pour tous ! Que l’Art nous parle ! Telles sont les obligations du festival Mantsina-sur-scène. Les artistes seront déployés partout pour livrer des spectacles.

La programmation

Parmi les missions que se donne le festival Mantsina-sur-scène figure en premier celle de promouvoir l’art théâtral dans tous ses aspects. Mais au-delà de cette tâche, Mantsina-sur-scène est aussi le lieu de rencontre d’autres arts comme la danse, la musique, le cinéma, l’art plastique.

Les spectacles

  • Le jour où Siméon sortira (création, Congo), de Patrice Yengo par la Compagnie Plateaux Kimpa Théâtre, mise en scène de Felhyt Kimbirima.
  • La Complainte d’Ewadi (Congo, Pointe-Noire) de Liazere, mise en scène par Barnabé BETI – LOEMBA avec la Compagnie Issima.
  • Otages (création, Congo) du Togolais Cosme Orou Logouma, mise en scène d’Hervé Massamba avec la compagnie Zacharie Théâtre.
  • Le Verso-recto (création, Congo) de Sylvie Dyclo-Pomos, mise en scène de Théophane Moundaya par la compagnie Beauprès théâtre.
  • Passe pas l’homme (création, Congo) de Keoua Leturmy par la compagnie Wari Munvuka.
  • L’Aveu, de Sylvie Dyclo-Pomos, mise en scène de Gilféry Ngamboulou avec la Compagnie Sans voix.
  • Qu’est devenu Ignumba le chasseur (création, Congo) de Sylvain Mbemba, mise en scène par Alphonse Mafoua avec la Compagnie Négropolicongo.
  • Vous mourrez dans 10 jours (création, Congo) d’Henri Djombo, adaptation et mise en scène de Clauvice Ngoubili avec la Compagnie Savorgnan Arts et Culture.
  • Transes infernales (RDC) de Nono Bakwa, mise en scène de Maguy Kalomba par la Compagnie Mapend’O Culture asbl.
  • Le Leurre (Benin) d’après les textes d’Ousmane Aledji, mise en scène par Arsène Kocou Yemadje avec Le théâtre Igbala.
  • La diseuse quelqu’un (France) de Maylis Bouffartigue par la Cie Monsieur Madame.
  • Itinérance Itinéraire (création, France) d’Ella Benoît par la Cie de Toulouse.

Lectures : Les phrases d’auteurs

 « Quand nous lisons, nous choisissons la substance de notre âme »Georges Duhamel

Nombreux sont des dramaturges qui une fois l’écriture d’une pièce terminée, ne se précipitent pas à la publier mais multiplient plutôt des lectures du texte brut,  des mises en espace, et un travail sur le plateau pour une création. Les lectures sont d’une importance capitale à Mantsina-sur-scène qui a vu naître durant treize années déjà une nouvelle pépinière de jeunes auteurs. Mantsina-sur-scène fait honneur à ces jeunes auteurs à chaque édition en programmant leurs textes. Pour cette édition, des textes des jeunes auteurs comme Arthur Konanga, Thalès Zokéné vont côtoyer des textes des grands auteurs.

Ateliers

La question des ateliers est fondamentale à Mantsina-sur-scène. A chaque édition, il est proposé au public des ateliers de formation. Pour l’édition #14, les ateliers seront une suite, un prolongement du travail amorcé à l’édition précédente, notamment pour les ateliers Jeu d’acteur. A cela s’ajoute l’atelier « Congo-océan » qui sera animé par Maylis Bouffartigue de la compagnie Monsieur Madame de Toulouse. Mantsina, depuis l’édition précédente, travaille avec une équipe de participants aux différents ateliers, une équipe très active, qui mérite un suivi minutieux et qui au bout de quatre ou cinq éditions successives, va s’affiner, s’affirmer et mieux outillée dans ces différents domaines. Pour ce faire,  la période des ateliers de la quatorzième édition sera décalée de la période des représentations. Les ateliers se feront en amont du festival, deux semaines avant la période festive des représentations. Cela permettra aux participants des différents ateliers de suivre  les spectacles et les lectures, mieux encore de prendre une part active aux espaces carrefour qui sont une grande école pour les jeunes acteurs et créateurs.

Conférences : le devoir de mémoire

La quatorzième édition de Mantsina-sur-scène va enfin amorcer un travail de mémoire qui aurait dû se faire depuis Mantsina 2015 : Une conférence sur le CONGO-OCEAN, une ligne ferroviaire longue de 510 km environ, située dans la République du Congo qui relie le port de Pointe-Noire sur l’océan Atlantique à Brazzaville sur le fleuve Congo. La ligne fut construite sous l’administration coloniale française entre 1921 et 1934.  Cette conférence sera animée par deux universitaires français : Olivier Le Cour Grandmaison qui est politologue, spécialiste des questions de citoyenneté et des questions qui ont trait à l’histoire coloniale, il est maître de conférences en science politique à l’université d’Evry-Val d’Essonne, il enseigne au Collège international de philosophie. Et Louis-Georges Tin qui est agrégé et docteur ès lettres, maître de conférences à l’université d’Orléans.

L’espace carrefour

Un espace indispensable pour le festival !  Un lieu où le public les comédiens, les metteurs en scène, les scénographes, disons les passionnés de l’Art, débattent de leurs travaux. L’une des particularités du festival Mantsina-sur-scène est que chaque matin à l’espace Mantsina,  siège du festival, se tiennent des rencontres autour des spectacles de la veille.  Cet espace est également une occasion pour les metteurs en scène de présenter leurs spectacles aux  programmateurs présents à Mantsina et par delà, intéresser ceux-ci à programmer ces spectacles dans les festivals et les théâtres qu’ils dirigent.

Publicités