Mantsina 2019: 7 milliards de voisins, un spectacle de la compagnie Au Compteur

7 milliards de voisins (c) Ornella Mamba

Un texte de Giovanni Sèdjro Houansou (Prix RFI 2018 avec la pièce de théâtre les inamovibles), un compatriote et ami du comédien et metteur en scène Adekambi Isidore Fancy Carlos Zinsou qui signe la mise en scène.

Avec Cybelline de Souza, Victor Goudahouandji, Olouwacheoun Paul Ochade

Dans toutes les sociétés, la contrainte la plus dure est peut-être celle de vivre avec autrui, et nous avons tous en tête la fameuse citation de Sartre « L’enfer, c’est les autres ». 7 milliards de voisins est un texte qui, par le rire autant que par le drame, nous fait ressentir avec force cette réalité palpable qui s’insère rapidement dans les sociétés africaines, pourtant dites moins individualistes que les autres. L’auteur nous fait sentir la misère humaine qui est au cœur des relations et qui les appauvrissent, sans aucune morale imposée, mais en jouant avec le spectateur qui va de piste en piste pour découvrir l’arnaque finale. La mise en scène est faite avec brio par Carlos ZINSOU, lequel décompose sur le plateau, avec deux autres comédiens très engageants, les différentes facettes de ce chaos relationnel, qui mène vers un certain ordre final et engage de nombreuses réflexions pour le spectateur.

Dans un cadre scénique qui nous intrigue d’emblée par sa précision visuelle, dans un énorme chaos qui fait sens, celui d’une minuscule cabine où les comédiens se livrent à un exercice de délimitation de territoire comme sur un champ de bataille, les trois comédiens évoluent tout au fil de la pièce. Deux étudiants (Igor et Polo) cohabitent par contrainte et obligation dans cette cabine d’un campus universitaire, et au milieu d’eux nait la méchanceté, la haine, la jalousie et tant d’autres divergences humaines. Cela s’intensifie au fil des minutes qui passent dans une nuit électrique. Des fortes discussions, des gestuelles violentes, des jets d’objets de chambres comme des projectiles… L’intrusion d’une jeune réfugiée d’un pays en guerre, Elena, provoque un basculement total de l’intrigue. Elena apparaît avec des histoires à dormir débout, récits multiples qui partent dans tous les sens de la guerre qu’elle a vécue, et des comas à répétition. Paradoxalement, elle semble calmer l’atmosphère entre Igor et Polo, en faisant basculer leur rapport de violence et en la canalisant, jusqu’à les duper totalement pour mieux les voler. Une mise en scène brillante et un jeu d’acteurs formidable servent ce texte. A la fin de la pièce, la question de savoir où sont les 7 milliards de voisins dont parle le titre se repose autrement : le basculement ironique de la situation dramatique et la liberté de ne pas juger les personnages font que nous nous sentons tous concernés par cet enfer que sont les autres et nous-mêmes. Est-ce que je suis semblable aux 7 milliards de voisins ? Jusqu’où sommes-nous capables d’aller dans l’arnaque ?

Carlos ZINSOU et ses comédiens créent un très beau théâtre, populaire, vivant, plein d’humour et de jeu, qui nous fait entrevoir combien il est dur de reconstruire les relations humaines sur un tel chaos, telle la cabine qui est en ruines à la fin du spectacle.

 

Rodney ZABAKANI
Article réalisé dans le cadre de l’atelier Les Bruits de Mantsina 2019

Une réflexion sur “Mantsina 2019: 7 milliards de voisins, un spectacle de la compagnie Au Compteur

>> Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s